Bien réagir en cas d’arnaque en serrurerie

Bien réagir en cas d’arnaque en serrurerie

Bien réagir en cas d’arnaque en serrurerie

Se faire arnaquer en serrurerie est une chose très commune : il est très facile de tomber dans le piège et de se retrouver à payer une somme faramineuse pour une simple porte claquée… Si vous pensez avoir été victime d’une arnaque en serrurerie, il faut tout de suite avoir de bons réflexes pour espérer avoir une chance de se faire rembourser. Votre serrurier à Montpellier vous explique lesquels.

  • Renseignez-vous auprès d’un vrai serrurier professionnel, comme votre serrurier à Strasbourg, qui vous expliquera les prix réels pratiqués pour chaque service. Cherchez également le prix réel du marché pour les pièces qui vous ont été changés (cylindre, mécanisme de serrure…). Ainsi, vous pourrez constater avec des preuves votre surfacturation.

Vous pouvez agir :

  • En cas de non-conformité de la facture avec le devis. La loi interdit la vente de produits en cas de d’intervention de dépannage, et considère cette dernière comme un démarchage à domicile : or, dans ce cas, vous disposez de 14 jours pour vous rétracter. Avant expiration de ce délai, le prestataire n’a pas le droit de vous débiter.

Gardez précieusement le devis et la facture, qui constituent des preuves, ainsi que les pièces qui ont été changées par le dépanneur.

  • En cas de signature du devis et du paiement d’une somme faramineuse, la situation est plus complexe. En effet, le fait que devis ait été signé (souvent dans la précipitation) par vous, suggère un accord sur le montant… Mais les tribunaux agissant au cas par cas, tenter sa chance n’est pas totalement sans espoir.
  1. Appelez le dépanneur à qui vous avez eu affaire, pour lui demander de vous rembourser les frais qu’il vous a fait payer, en faisant valoir les preuves que vous avez trouvées.
  2. Envoyez un courrier recommandé avec accusé de réception à l’arnaqueur: elle a une valeur juridique. Vous devez y détailler de manière la plus précise possible les faits de l’arnaque (heures, opérations effectuées, échanges avec l’escroc…).
  3. Portez plainte contre le pseudo serrurier. Pour cela, rendez-vous au commissariat le plus proche de chez vous.
  4. Informez la DGCCRRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) si votre courrier recommandé est resté sans réponse au bout de 8 jours.

Sachez qu’il est possible d’engager gratuitement une procédure sur DemanderJustice.com:

  • A l’amiable (une mise en demeure en LRAR)
  • Judiciaire ensuite s’il elle ne fait pas effet, avec la saisie du juge de Proximité (litige inférieur à 4.000 euros) ou d’Instance (entre 4.000 et 10.000 euros)

Dans tous les cas, le maître mot est la rapidité : ne laissez surtout pas traîner l’affaire !